thread

LiveTweet : Annonces de la Ministre du travail – 4 juin 2020

Les opinions contenues dans cet article ne reflètent pas la pensée de Mode d'Emploi, mais uniquement celle de l'auteur.

Publié le

Apprentissage, assurance chômage, activité partielle longue durée, voici les thématiques abordées par la Ministre du Travail a l’issue de la réunion entre le Gouvernement et les partenaires sociaux jeudi 4 juin 2020

A la sortie de la réunion avec les partenaires sociaux, @murielpenicaud annonce, sur l’#apprentissage, »qu’il faut conserver la dynamique ». « Le coût d’un apprenti pour l’entreprise sera donc quasi nul, la première année pour toutes les embauches entre juillet 2020 et février 2021 »

Cela représente 5000€ par an pour un jeune de moins de 18 ans et 8000€ pour un jeune entre 18 et 30 ans, du CAP à la licence pro.
L’aide sera sans condition pour les entreprises de -250 salariés, avec un engagement de 5% d’apprentis au delà

Les apprentis bénéficieront d’une forte « mobilisation territoriale » (suspens…) et les CFA bénéficieront d’une aide à l’équipement informatique et numérique.
Les jeunes sans entreprise pourront commencer en CFA durant 6 mois et être aidés dans leur recherche d’entreprise.

.@emmanuelmacron a indiqué que le gouvernement était prêt à revoir la réforme de l’assurance chômage « à l’aune du contexte actuel » : certains points de la réforme ne seraient « pas applicables dans une date rapide ». Des décisions seront prises d’ici l’été

Sur l’activité partielle, « nous entrons dans une autre phase de crise qui sera plus longue, plus profonde », une phase de « résilience où il va falloir tenir pour pouvoir repartir ». Un dispositif spécifique d’activité partielle pourra être mise en place par accord collectif

Le dispositif donnera lieu à une indemnisation spécifique, en contrepartie du maintien dans l’emploi. La condition : le dialogue social. Les conditions seront définies d’ici 15 jours, les concertations commencent lundi.

Pour la ministre, il faut également favoriser l’accès des jeunes à l’emploi sinon « ils risquent d’être toujours les derniers embauchés dans un contexte de crise » : « il faut qu’il y ait une réponse qui leur permette de se projeter dans l’avenir »

Sur la formation, « il faut permettre à chacun d’utiliser cette période pour développer ses compétences » : numériques, écologiques, d’aide aux personnes,… et de « tous les secteurs qui sont amenés à se développer ». Une discussion va avoir lieu sur l’évolution du PIC, du CPF,…

La régulation du travail détaché est un sujet également pour le gouvernement : son « importance en France interroge » à l’heure où « le chômage reprend alors que nous étions sur une pente extrêmement positive, une baisse forte »

Les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants font partie des sujets qui seront évoqués à la fois sous l’angle économique, mais également sous l’angle de l’emploi et de la compétence.
RDV dans 15 jours annonce @murielpenicaud, date à laquelle une réunion aura lieu

.@brunoLeMaire prend la suite : un plan de 40 Mds € supplémentaires de soutien aux secteurs les plus menacés pour éviter que des « pans entiers de notre industrie soient fragilisés ». Sont compris les plans au tourisme / culture (18mds) et à l’automobile (8mds)…

D’autres plans vont être rapidement présentés pour l’aéronautique, la tech, les startups mais aussi les artisans commerçants et indépendants.

Durant les Q/R, les ministres sont interrogés sur les accords de performances collectives (APC). Pour Muriel Penicaud, « ils ont été définis par les ordonnances travail de 2017. Avant, les différents types d’accord étaient très compliqués et n’étaient jamais mis en oeuvre ».

« Le but est de permettre à tt moment, à condition du dialogue social » de répondre à la question « comment on se sort d’une passe difficile ? Une baisse de temps de travail, une augmentation d’activité… mais il y a toujours une contrepartie qui doit être le maintien ds l’emploi »

« La clé, c’est donc le dialogue social. Il faut que cela soit un accord majoritaire », une « précaution pour que cela soit du gagnant-gagnant ».
Dans le cas de Ryanair, « on est dans le cas d’un chantage à l’emploi, plutôt que d’une construction commune » indique Muriel Pénicaud

La journaliste insiste demande si le gouvernement incite les entreprises à recourir ou non aux APC, y compris en baissant les salaires : « ni l’un, ni l’autre, les dispositifs sont à utiliser si on en a besoin. » répond la ministre, indiquant qu’il n’y a pas de consigne nationale

Retrouvez le LiveTweet de l’audition de Muriel Pénicaud par la mission d’information Covid à l’Assemblée Nationale du 22 avril 2020 ici


© Photos :

Vous souhaitez répondre ?

Il est possible de faire parvenir à l'équipe une contribution sur ce sujet, notamment si vous êtes en désaccord.

C'est par ici : Contact

Recommandé pour vous

L’assurance maladie à l’heure des élections américaines

Les élections américaines rentrent dans leur dernier tournant en plein période de Covid. Un sujet brûlant sera lié à cette crise : l’assurance maladie (health care) Après avoir décrypté les programmes des primaires démocrates (ici et la), Mode d’emploi vous propose de faire un panorama des visions de Donald Trump et Joe Biden sur leur réforme […]

La branche professionnelle en danger ? – épisode 1

La négociation collective de branche fut jadis le cadre de référence du dialogue social et le socle des droits sociaux communs aux salariés d’un même secteur d’activité répondant à un objectif de régulation de l’économie afin d’éviter le dumping social Depuis 1982 et les lois Auroux le dialogue social est traversé par un vent de […]