Brèves

Le cabinet d’Elisabeth Borne au Ministère du Travail

Les opinions contenues dans cet article ne reflètent pas la pensée de Mode d'Emploi, mais uniquement celle de l'auteur.

Publié le

Article mis à jour le 16 août : 4 noms font leur apparition dans le cabinet : Alain Druelles, Fabien Pérus, Hélène Sorin-Hamelle et Philippe Zamora.

Article mis à jour le 26 août : Amandine Giraud, Amin Mansouri quittent le cabinet. Ema Hazan, Christelle Akkaoui, Rachel Becuwe, David Miodownick et Philippe Gudefin intègrent le cabinet.

Article mis à jour le 1er novembre 2020 : Alain Druelles, Clémence Lecoeur et Ema Hazan ont quitté le cabinet. Charlotte Mailly, Caroline Cohen, Lucas Heral et Etienne Brun-Rovet intègrent l’équipe.


Alors que le cabinet de Muriel Pénicaud était dirigé par Antoine Foucher, un ancien du MEDEF, et parmi lequel figurait Alain Druelles (MEDEF), Stéphane Lardy (FO) ou Lucie Lourdelle (CFDT), force est de constater que ces liens sont moins flagrants parmi cette nouvelle équipe.

Au contraire même, serait-on tenté de dire : « l’administration is back ». Le cabinet est constitué d’énarques, de fonctionnaires du ministère du travail ou des finances ainsi que de quelques jeunes marcheurs ayant fait leurs premières armes au Parti Socialiste.

Mais voyons ce qu’il en est plus précisément.

La direction et les relations extérieures

Thomas Audigé : Le directeur de cabinet

Ce dernier a un parcours plutôt classique. Il est énarque (promo 2001 – 2003 « René Cassin »), où il côtoie notamment :

  • Hugues de Balathier (directeur adjoint de France Compétences),
  • Aude Muscatelli (directrice de cabinet d’Olivier Véran),
  • Simon Babre (directeur des ressources et compétences de la police nationale),
  • Edouard Crepey (directeur adjoint du SGG),
  • Jean-Henri Pyronnet (direction générale du travail),
  • Alexis Zajdenweber (conseiller économie d’Emmanuel Macron),
  • Nicolas Bossard de Molin (directeur de cabinet de Xavier Bertrand, ministre du Travail).[1]

Thomas Audigé rejoint ensuite l’IGAS en 2003, avant d’être détaché auprès de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE, devenu depuis Pôle Emploi) en décembre 2006.

Il devient alors directeur régional adjoint de la structure, puis directeur du réseau et directeur général adjoint de Pôle Emploi. Il rejoint ensuite le cabinet de François Rebsamen, en tant que directeur adjoint, entre 2014 et 2015.

Lors du remplacement du ministre par Myriam El Khomri, Thomas Audigé rejoint EDF en tant que directeur de la stratégie sociale… où est déjà Gilles Gateau, évoqué dans l’article « qui est Élisabeth Borne ? ».[2]

Parallèlement, il est nommé en tant que personnalité qualifiée à l’ACOSS (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) en 2018.

En cherchant du côté des « Macronleaks », on apprend que durant cette période Thomas Audigé fait partie de l’équipe qui rédige le programme « travail emploi » pour le candidat Emmanuel Macron, aux côtés notamment de Laurent Bigorgne, Thomas Cazenave, Jean Pisani-Ferry et de Marc Ferracci (Conseiller spécial de l’ancienne Ministre du travail Muriel Pénicaud).

Stéphanie Schaer : La directrice adjointe du cabinet

Stéphanie Schaer est ingénieure des mines. Elle est notamment Directrice adjointe de la DIRECCTE de Bourgogne et commissaire au redressement productif de cette même région.

Elle a notamment la responsabilité de « Signaux faibles » permettant de repérer les entreprises en difficultés, ou ayant des probabilités de défaillances de 12 à 24 mois.

Stéphanie Schaer est nommée directrice adjointe du cabinet d’Elisabeth Borne (alors ministre de la transition écologique) en novembre 2019, avant d’occuper ce même poste au ministère du travail.

Charlotte Mailly : la cheffe de cabinet

Titulaire d’un master en droit international et d’un autre en géopolitique et prospective (IRIS/ ESC Grenoble), elle est chargée de mission au sein du cabinet de conseil de l’ancien ministre Hubert Védrine. Elle est ensuite collaboratrice parlementaire d’Hervé Gaymard et d’Edouard Philippe à l’Assemblée Nationale.

En 2017, elle suit Edouard Philippe nommé Premier Ministre. Elle devient alors conseillère technique et cheffe du secrétariat particulier, puis cheffe de cabinet adjointe.

Le 6 octobre 2020, elle est nommée cheffe de cabinet d’Elisabeth Borne.

Hélène Sorin-Hamelle : La conseillère communication

Hélène Sorin-Hamelle est diplômé de la Sorbonne (2000), de Sciences Po Paris (2000-2002) et de l’ESCP Europe (2002-2005). Elle évolue principalement dans le domaine de la communication.

Ainsi, elle a été consultante chez Harrison & Wolf (2005-2008), directrice des opérations au sein de l’association « Mécénat Chirurgie Cardiaque » (2008-2012), directrice conseil à l’agence Little Wing (2012-2015), directrice associée chez Havas (2015-2018) et enfin associée chez Plead, filiale d’Havas pour la communication sensible des dirigeants (2018-2019).

En mars 2019, elle est recrutée par Stanislas Guérini et devient la directrice communication du parti « En marche ».

Avec sa nomination, c’est la première fois que son nom apparaît au journal officiel.

David Miodownick : Le conseiller parlementaire

David Miodownick est titulaire d’un master Affaires Publiques obtenu à l’IEP de Paris. Il effectue différents stages durant son cursus :

  • Stagiaire à la délégation sénatoriale à la prospective ;
  • Stagiaire à la direction générale de la santé ;
  • Conseiller parlementaire du groupe SRC (socialiste) à l’Assemblée Nationale, travaillant notamment sur les questions financières.

Il aurait ensuite travaillé pour la Banque de France en tant qu’adjoint de direction, durant une période n’excédant pas 3 ans, entre 2013 et 2016. Il retrouve ensuite le parlement en devenant collaborateur parlementaire socialiste. A partir de 2018, il est collaborateur sur les volets financiers de différents députés LREM et du sénateur Julien Bargeton (LREM).

Le 27 juillet 2020, il rejoint le cabinet d’Elisabeth Borne.

Les conseillers techniques

Christelle Akkaoui : La conseillère vie et santé au travail

Christelle Akkaoui est énarque, rattachée à la promotion 2013-2014. Après différents stages, elle rejoint finalement la direction générale du travail (DGT) au Ministère du Travail. Elle est successivement adjointe au chef de bureau des relations individuelles de travail (2015-2016) avant d’en devenir la cheffe (2017-2018).

Elle quitte le Ministère du travail et devient ensuite chargée de mission à la Direction de la stratégie de la SNCF (2018-2020).

Elle rejoint le cabinet d’Elisabeth Borne le 24 juillet 2020.

Rachel Becuwe : La conseillère mutations économiques et sociales

Après un master en droit de la santé et un DEA obtenu au sein d’un IEP, elle est admise à l’IRA de Lille. Elle rejoint ensuite la direction générale du travail (DGT) au Ministère du Travail en 2000 : Rachel Becuwe travaille ainsi sur les questions liées à l’insolvabilité des entreprises.

En 2003, elle est nommée rapporteur à la commission centrale d’aide sociale (une juridiction d’appel).

En 2005, elle rejoint la DGEFP où elle est successivement chargée de mission sur les restructurations d’entreprise, chef de mission adjointe Pôle Emploi (2008) puis chef de la mission pour l’emploi des handicapés (2012). En 2014, elle devient chef de bureau adjointe protection du consommateur et loyauté au sein de la DGCCRF jusqu’en 2018, date à laquelle elle rejoint le privé.

En 2018, elle rejoint le groupe LHH – Altedia en tant que chef de projet en charge des questions de dialogue social.

Le 22 juillet 2020, elle rejoint le cabinet d’Elisabeth Borne.

Gwenaël Frontin : Le conseiller droit du Travail

Gwenaël Frontin appartient au corps de l’inspection du travail. Il exerce au sein de la DIRECCTE des Pays de la Loire (Unité Loire-Atlantique) avant de devenir directeur-adjoint du travail au sein de la DIRECCTE de Bourgogne.

Sans doute, le lien avec Stéphanie Schaer est à faire à ce moment. Il est nommé conseiller sur les questions de droit du travail dans le cabinet d’Elisabeth Borne.

Philippe Gudefin : Le conseiller politique de l’emploi

Après un DEA de droit public, Philippe Gudefin entre au ministère des finances. Il travaille ainsi à la DGFIP puis à la direction de la législation fiscale, où il devient chef de section en 2017. En 2018, il est nommé inspecteur des finances 1ère classe.

En parallèle, il donne des cours à l’IEP de Paris sur les questions sociales.

Il est nommé conseiller politique de l’emploi à compter du 24 août 2020.

Fabien Pérus : Le conseiller budgétaire et assurance chômage

Fabien Pérus est ingénieur diplômé de Polytechnique (2006-2010), de l’ENSAE (2009-2011) et de Sciences Po (2010-2011).

En 2009, il est nommé commissaire contrôleur stagiaire des assurances et affecté à l’Autorité de Contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM). Cette autorité avait pour mission de contrôle des entreprises de l’assurance : elle a été fusionnée la commission bancaire, pour former l’autorité de contrôle prudentiel. A cette même période, il déclare sur son profil Linkedin avoir fait 2 courts stages dans des entreprises d’assurance.

Il évolue au sein de l’autorité de contrôle prudentiel jusqu’en mars 2016. Après avoir été titularisé en 2011, il devient adjoint au chef de brigade en 2014. En parallèle, il enseigne à l’ESSEC et à Sciences Po sur les questions liées à l’actuariat et aux méthodes quantitatives.

En 2016, il rejoint la direction du Budget à Bercy où il travaille d’abord sur les questions relatives aux garanties d’État. A partir de juin 2018, il occupe le poste de chef du bureau « Solidarité et Insertion ».

Pour celles et ceux qui ne seraient pas tout à fait au fait de l’organisation de l’État, le ministère de l’économie et des finances comprend une direction du Budget. Celle-ci comprend 8 sous-directions, découpées suivant des domaines (enseignement, transport, défense,…).

La sixième sous-direction est chargée de la synthèse des comptes sociaux ainsi que des missions « régimes sociaux et de retraite », « santé », « solidarité, insertion et égalité des chances », « travail et emploi ». Elle est chargée de la synthèse du suivi des administrations sociales et des relations entre l’État et les organismes de protection sociale. Elle participe à l’élaboration et au suivi du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Le bureau « solidarité et insertion » (5 personnes avec le chef de bureau) suit la mission interministérielle « Solidarité, insertion et égalité des chances » qui représente plus de 25 Md€.

L’arrivée des questions de solidarités dans le portefeuille de la Ministre du Travail explique que Fabien Pérus soit intégré au cabinet en août 2020.

Philippe Zamora : Le conseiller marché du travail

Philippe Zamora est un statisticien : il a fait l’ENSAE et est agrégé de Mathématiques à l’École normale supérieure. Il est nommé élève administrateur à l’INSEE en 1994 en même temps qu’un certain Benoît Ribadeau-Dumas. Philippe Zamora est titularisé administrateur 2ème classe en 1996 : il y restera jusqu’en 2002. A cette date, il rejoint la DARES (direction de l’Animation de la recherche, des Études et des Statistiques) où il travaille notamment sur les questions liées à la formation et à l’insertion professionnelles des jeunes.

Après un passage par le CREST, il devient directeur du groupe des écoles nationales d’économie et de statistique (GENES) en 2011. Durant cette période, il fait notamment partie du conseil scientifique du fonds d’appui aux expérimentations en faveur des jeunes ainsi que du conseil scientifique du CEREQ (centre d’études et de recherches sur les qualifications).

En 2013, il est de retour à la DARES en tant que « Sous-Directeur Suivi et Evaluation des Politiques d’Emploi et de Formation Professionnelle ». De la même manière qu’Alain Druelles, il est nommé au CNFPTLV puis au CNEFOP. Il siège en parallèle au conseil scientifique en charge de l’évaluation de l’expérimentation de la garantie jeune.

En 2018, toujours à la DARES, il devient directeur de projet chargé de l’évaluation du PIC (plan d’investissement dans les compétences).

Elisabeth Borne le nomme conseiller « marché du travail » en août 2020.

Caroline Cohen : La conseillère formation professionnelle et apprentissage

Caroline Cohen est diplômée de Sciences Po Paris (droit et management des politiques publiques), elle commence son parcours à la CCI de Pau, en tant que formatrice en droit. Elle devient ensuite responsable des affaires sociales à l’ANIA (fédération des industries agroalimentaires) de 2006 à 2010.

A cette date, elle intègre l’APEC avant de rejoindre un an plus tard Opcalim (l’opca de l’alimentaire). Elle se charge notamment d’Observia, l’observatoire des métiers de l’industrie agroalimentaire. Caroline Cohen devient ensuite directrice des études de l’opca.

En septembre 2019, elle retourne à l’ANIA en tant que directrice des affaires sociales. Elle siège au nom du MEDEF dans différentes structures, notamment la CPC (commission qui gère les diplômes professionnels) « Agriculture, agroalimentaire et aménagement des espaces ».

Elle est nommée au cabinet d’Élisabeth Borne en octobre 2020.

Étienne Brun-Rovet : Le conseiller en charge des relations avec les élus locaux

Étienne Brun-Rovet est énarque, et issu de la même promotion que Claire Scotton (ex-membre du cabinet de Muriel Pénicaud). A la fin de sa formation, il rejoint le ministère de l’Intérieur. Par le décret du 10 juin 2011, il est nommé directeur de cabinet du préfet des Côtes d’Armor, jusqu’en 2013, date à laquelle il réintègre son corps d’origine.

En 2017, il est nommé adjoint à la sous-directrice des finances locales et de l’action économique à la direction générale des collectivités locales.

En octobre 2020, il est nommé conseiller chargé des relations avec les collectivités territoriales et les élus locaux au cabinet de la ministre du Travail.

Lucas Heral : Le conseiller presse et numérique

Diplômé de Sciences Po Lille (master stratégie et communication des organisations), il rejoint Havas en Janvier 2017 en tant que consultant. En parallèle, il s’engage auprès des Jeunes avec Macron.

En juin 2018, il devient collaborateur parlementaire de Stanislas Guérini à l’Assemblée Nationale. Lorsque celui-ci devient Délégué Général d’En Marche début 2019, Lucas Heral devient son conseiller presse et communication.

En septembre 2020, Lucas Heral devient conseiller presse et numérique au cabinet d’Elisabeth Borne.

Ils ont quitté le cabinet

Amin Mansouri : Le conseiller parlementaire

Amin Mansouri commence sa carrière en tant que conseiller parlementaire d’Elisabeth Guigou. Il devient ensuite directeur d’une structure par l’insertion économique (SAS-93 et SAS-Plus).

Amin Mansouri retrouve l’Assemblée Nationale, devient notamment secrétaire adjoint du groupe LREM et officie notamment à la commission des affaires sociales. En Janvier 2020, il est nommé au sein du cabinet de Pietraszewski, en tant que conseiller stratégie et prospective. Il est nommé conseiller parlementaire au sein du cabinet d’Elisabeth Borne à compter du 11 juillet 2020… qu’il quitte quelques jours plus tard pour devenir le 27 juillet, conseiller parlementaire du premier ministre.

Amandine Giraud : La conseillère Europe et des affaires étrangères

Amandine Giraud est énarque (promotion 2004-2006). Elle a notamment travaillé à la direction de la sécurité sociale ainsi qu’à la CADES (caisse d’amortissement de la dette sociale), où elle siège notamment avec Thomas Fatome (directeur adjoint du cabinet d’Edouard Philippe, premier ministre).

Les informations la concernant sont peu nombreuses, notamment du fait de la présence d’un certain nombre d’homonymes. Toujours est-il qu’elle devient conseillère en charge de l’Europe et des affaires étrangères au sein du cabinet d’Elisabeth Borne.

Elle est nommée au cabinet d’Elisabeth Borne à compter du 7 juillet 2020, avant de le quitter quelques jours plus tard pour devenir la directrice adjointe de cabinet d’Elisabeth Moreno.

Alain Druelles : Le conseiller formation professionnelle et apprentissage

Alain Druelles est bien connu dans l’environnement de la formation professionnelle. Il rejoint le MEDEF en 2002 en tant que coordinateur régional pour la formation professionnelle. Successivement chef de service de la formation continue (2006-2010), directeur adjoint à la direction éducation-formation (2010-2015) puis directeur Éducation formation (2015-2017), il participe notamment aux négociations des accords nationaux interprofessionnels (ANI) relatifs à la formation.

Il siège également au :

  •  Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie (CNFPTLV) puis au Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles (CNEFOP). Ces deux structures ont disparu successivement au gré des réformes de la formation professionnelle ;
  • Centre Inffo  – dont il devra par ailleurs gérer la disparition / fusion avec France Compétences, celle-ci devant intervenir avant le 1er janvier 2022;
  • De manière assez évidente, il siège également à Opcalia, l’un des opcas fondateurs de l’opco AKTO, au COPANEF et au FPSPP.

En 2017, il rejoint la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) pour « appuyer la délégation dans la transformation de la formation professionnelle et de l’apprentissage ». En octobre 2018, il est nommé conseiller en charge de la formation professionnelle, poste qu’il occupe encore avec l’arrivée de la nouvelle ministre.

Il quitte le cabinet en septembre 2020, pour créer le cabinet Quintet, avec d’autres membres du cabinet de Muriel Pénicaud dont Antoine Foucher.

Ema Hazan : La conseillère presse et numérique

Après un passage par les Universités de Paris (Assas), de Lille (II) et de Londres (Queen Mary), Ema Hazan rejoint Plead, une filiale de d’Havas en 2018. Dans cette société officie également Hélène Hamelle, future conseillère communication de la ministre.

Elle rejoint en 2019 le Ministère de la Transition écologique en tant que « collaboratrice du conseiller presse et communication » : la ministre est alors Elisabeth Borne. En 2020, à l’occasion du remaniement ministériel, Ema Hazan suit la ministre au ministère du Travail pour quelques mois. En septembre 2020, elle retourne finalement auprès de Plead.

Clémence Lecoeur : La cheffe de cabinet

Avant d’être la cheffe de cabinet d’Elisabeth Borne, Clémence Lecoeur était collaboratrice parlementaire des députés Olivier Faure et Christophe Castaner. Elle rejoint ensuite le secrétariat général du groupe socialiste à l’Assemblée. Elle est notamment active sur les questions liées à l’éducation.

Lorsque Christophe Castaner est nommé secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre en charge des relations avec le Parlement, Clémence Lecoeur le suit et devient sa cheffe de cabinet. En février 2020, elle devient la cheffe de cabinet de Christophe Castaner au ministère de l’intérieur. En octobre 2020, elle retourne auprès de lui au Palais Bourbon : l’ancien ministre étant redevenu député des Alpes-de-Haute-Provence.


[1] Cabinet dont faisaient également partie Franck Morel (conseiller d’Edouard Philippe), François Xavier Selleret (DG de l’Agirc-Arrco) ou Elisabeth Tomé (MEDEF).

[2] Lorsque Gilles Gateau a été nommé DG de l’APEC, il l’a affiché sur le réseau social professionnel Linkedin. Cette annonce a été aimée par Thomas Audigé.

Vous souhaitez répondre ?

Il est possible de faire parvenir à l'équipe une contribution sur ce sujet, notamment si vous êtes en désaccord.

C'est par ici : Contact

Recommandé pour vous

L’assurance maladie à l’heure des élections américaines

Les élections américaines rentrent dans leur dernier tournant en plein période de Covid. Un sujet brûlant sera lié à cette crise : l’assurance maladie (health care) Après avoir décrypté les programmes des primaires démocrates (ici et la), Mode d’emploi vous propose de faire un panorama des visions de Donald Trump et Joe Biden sur leur réforme […]

La branche professionnelle en danger ? – épisode 1

La négociation collective de branche fut jadis le cadre de référence du dialogue social et le socle des droits sociaux communs aux salariés d’un même secteur d’activité répondant à un objectif de régulation de l’économie afin d’éviter le dumping social Depuis 1982 et les lois Auroux le dialogue social est traversé par un vent de […]